vendredi 4 août 2017

Du ké... quoi ?

Coucou...

Du kéfir...
Je l'avoue, il y a peu, je ne savais même pas ce que c'était... je ne savais même pas que cela existait... Mais la vie allant comme elle va, j'ai rencontré quelques licornes finistériennes qui... Comment ? Vous ne croyez pas aux licornes ? Les licornes, je ne sais pas, mais les licornes finistériennes, elles existent, je les ai rencontrées... enfin quelques-unes...

Et certaines d'entre elles ont partagé "leurs" grains de kéfir avec qui en voulait... J'étais curieuse... mais j'ai commencé par goûter d'abord... Il était inutile d'en prendre si je n'aimais pas cela...

Au commencement étaient les grains de kéfir...


La coutume veut, nous ont dit nos généreuses licornes donatrices, que ces grains ne se vendent ni ne s'achètent mais se partagent... D'autant plus qu'ils se multiplient comme les petits pains... Ils nous ont  également expliqué aussi le mode d'emploi de ces grains de kéfir, histoire que nous ne commettions aucune bévue...

Ingrédients :
- des grains de kéfir,
- du sucre blanc ou roux, ne soyons pas sectaires...
- une figue (je me suis inquiétée, à certaines saisons, la figue se raréfie, mais heureusement, sa cousine séchée s'acquitte du travail aussi bien..
- un demi-citron jaune,

Recette :

Placer dans un grand bocal (je n'avais que des bouteilles) une grosse cuillère à soupe de grains de kéfir, une grosse cuillère à soupe de sucre, une figue séchée, un demi-citron coupé en quatre (en huit pour rentrer par le goulot de ma bouteille), un litre d'eau minérale (du moins non chlorée)

Poser sur le goulot une gaze ou un filtre pour permettre à la boisson de respirer...

Vous pourriez vous en passer, mais vous en aurez besoin plus tard, et cela empêche des saletés ou petites bêtes de tomber dedans... Et l'on sait quels problèmes cela a causé à Obélix !

Puis vous laissez le kéfir (qui n'en est pas encore un, au demeurant) dans le noir et à température ambiante... 24 h... jusqu'à ce que...


... la figue sèche, bien moins sèche, il faut l'avouer, remonte, légère, légère, légère... Bon, là elle était redescendue parce que j'avais bougé la bouteille, mais elle était bien en haut...



A ce moment-là (soit 24h de fermentation) vous ôtez les citrons, la figue (que vous pouvez ou non utiliser dans une préparation, les tests sont à effectuer), puis vous versez la boisson dans un autre flacon, au travers de la gaze et d'un entonnoir, c'est plus pratique, mais c'est à vous de voir... si vous êtes adroits... Vous avez ainsi votre boisson dans le nouveau flacon et vos grains dans le bocal. Grâce à la gaze, vous rincez les grains de kéfir et soit vous les rangez au réfrigérateur, soit vous les laissez se déshydrater, soit vous recommencez...


Vous pouvez également, pour sucrer et faire pétiller davantage votre kéfir, ajouter à nouveau une grosse cuillère à soupe de sucre blanc ou roux et laisser à nouveau fermenter pendant 24h, soit deux jours de fermentation en tout, soit  48 h, soit 2880 minutes, soit 172800 secondes... dans le noir et à température ambiante...

Vous avez ainsi une boisson plus colorée, plus sucrée et plus pétillante...


 En même temps que la deuxième cuillère de sucre, soit à H24 si vous avez bien suivi, vous pouvez ajouter également de la menthe, du gingembre... et donner à votre kéfir une saveur différente...
 

Miam le kéfir à la menthe... Monsieur Marmotte Numéro Deux trouve que cela "ressemble" à du mojito... M'enfin... Oserai-je le dire ? Entre le citron, la menthe, le pétillant, le sucre... et le léger, très léger 1% d'alcool, cela n'a rien d'incongru... il ne manque que le rhum... ;)

Quand la fermentation  que vous souhaitiez vous convient, le kéfir va au réfrigérateur pour se conserver quelques jours, apparemment il peut avoir un goût plus acide après cinq jours... les goûts et les couleurs, hein ? ;)

Nous avons quelques conseils importants...
Jamais, jamais, au grand jamais ne laisser les grains de kéfir tomber dans les canalisations, sous peine de devoir appeler un plombier... Et l'on sait combien ces artisans sont rarement en situation de répondre rapidement à votre appel...
Si l'on conserve ses grains de kéfir au réfrigérateur, ne pas oublier de leur donner un peu de sucre... histoire qu'ils gardent un peu la santé...
Sinon, les laisser se dessécher et les réhydrater quand vous en avez besoin...

Voilà, je crois que c'est tout...
C'est bon, j'aime bien... et il parait que cela fait du bien à la santé alors... nous verrons cela...

Bonne journée

mercredi 26 juillet 2017

Des algues, des algues oui mais celles d'ici...

Coucou,

Cela faisait longtemps, n'est-il pas ?  Mais apparemment, j'avais besoin de repos... Je m'écroulais l'après-midi en une sieste de deux ou trois heures alors que longtemps, longtemps, longtemps je n'ai pas su dormir en journée... et cela ne m'empêchait même pas de dormir la nuit...

Puis cela a commencé à aller mieux alors je me suis organisé une petite visite au Musée des Goémoniers et de l'algue, histoire de parfaire ma culture "alguière"... La première visite a été épique -de mon fait- puisque j'en ai perdu au moins trente minutes... et ce faisant également le côté "historique" de la visite, à cause d'un coup de fil imprévu qui a exigé mon attention et mon intervention pour gérer la réception d'un colis à 600 km de distance... Je vous passe le détail pour le moment, je vous raconterai quand je vous montrerai mon le contenu du colis...

Donc je suis retournée assister à la visite une deuxième fois... Et bien comme cela j'avais la chance de pouvoir encore mieux mémoriser les informations sur la "filière algues, filière d'avenir... Collecter, sauvegarder, valoriser, transmettre", du passé à l'avenir...

Nous avons commencé par un film regroupant des entretiens avec des personnes ayant travaillé ou vécu "la vie de goémonier"... discussions en Breton sous-titrées en Français ou inversement. Puis nous avons rejoint notre hôtesse-conférencière-animatrice autour de la table... Et nous avons appris... une kyrielle de choses.. Euh... je ne suis pas sûre de me rappeler -vais-je avoir besoin d'une cession de rattrapage ?- de tous les noms des goémons de l'estran mais je crois avoir au moins retenu quelques synonymes...



Alors j'ai tout de même retenu que les algues s'installaient" à différentes "hauteurs" de la grève en fonction de leur capacité à résister à l'absence de l'eau... Et celle-ci, laminaire... a une légère tendance à stresser quand on lui refuse l'accès à son cocon habituel -Tiens, elle me rappelle quelqu'un !-... Et... le bonheur des uns faisant le malheur des autres, c'est bien connu, quand elle stresse, elle produit un... gaz ? qui améliore le problème de la couche d'ozone... N'est-elle pas bien charitable ?


Puis nous nous sommes rendus dans un autre angle de la pièce, histoire de changer de point de vue... En effet, la cueillette et la pêche des algues ne datent pas d'hier... L'Ecomusée a donc mis en place dans l'exposition un "coin" contenant les outils utilisés jadis... Le râteau pour ramasser les algues détachées "naturellement" et ramenées sur la grève, travail qui revenait aux femmes et aux enfants...







Les algues étaient donc ramassées et transportées vers les fours creusés dans le sol... Ceux du finistère Nord -tadam !- étaient compartimentés pour diviser le bloc de soude en plusieurs morceaux et ainsi faciliter le retrait et le transport des blocs pierreux.




Mais bien sûr, ramasser les algues "épaves" ne suffisait pas à nourrir sa famille donc les goémoniers partaient en bateau pour "cueillir" à la guillotine. Non, pas celle de Monsieur Guillotin, ça ne serait pas pratique, il ne faut pas étêter les algues mais les couper aux pieds plutôt, la "guillotine" est le nom donné à la faux qui servait à couper les algues.


Parfois, quand les goémoniers partaient travailler sur les îles, il leur fallait bien transporter tous leurs outils.. oui... le cheval aussi... Imaginez la tête du cheval à qui l'on impose de monter à bord !




Oui, quand le travail est dur, on s'organise collectivement, communautairement, mutuellement... Parce que je vous le dis... D'après ce que j'ai appris, Dallas, à côté, c'est de la gnognotte, hein ? ;)
Et oui ! Comme c'est le taux d'iode qui fait foi dans les pains de soude, tous les coups sont permis... ;)


M'enfin, petit à petit,  le matériel s'affine, les connaissances aussi, la cueillette se mécanisera même un peu... Des algues, des algues... et des scoubidou, bidou, bidou oua.. Pardon, je m'égare... L'invention du scoubidou a permis d'entortiller les algues autour d'un axe qui comportait une poignée facilitant la prise en main et décuplant la force utilisée (celle du goémonier, je vous le rappelle). Puis l'on a fixé ce scoubidou à une sorte de "grue" qui a permis d'accroître la production... Là, peut- être vous posez-vous la question qui est venue à tout le monde lors des deux visites... Mais si l 'on "arrache" les algues, ne risque-t-on pas d'empêcher les algues de repousser ? A cela je répondrais, forte de ma nouvelle science.. "Que nenni ! C'est mal connaître les algues..." :) Elles ne se reproduisent pas par développement des racines, les "crampons" ne leur servent qu'à s'arrimer... si je puis dire...  Donc voilà des soubidous... puiqu'après études, observations et autres joyeusetés, la machinerie a été autorisée...



Mais tout ça pour quoi ? Ben pour l'iode... Comment ? C'est tout ? Tout ce travail pour de la teinture d'iode ?  Ben oui...


Mais ça, c'était avant !
Parce que franchement, vous en utilisez beaucoup, vous, de la teinture d'iode ? Les ressources étant plutôt riches, des recherches ont été orchestrées. Ce qui est intéressant, c'est que les recherches vont dans deux directions liées de manière incontournable je pense, si l'on ne veut pas faire encore un beau gâchis... Non seulement il s'agit de trouver de nouvelles manières d'utiliser les algues, qui sont riches en moults éléments bienfaisants, mais de surcroît il s'agit de trouver une manière de préserver la pérennité de ces ressources dans la nature... Les paris sont ouverts, mais pour le moment, on sent bien que cela fait partie du "contrat"... M'enfin... je ne suis pas dans le secret des dieux non plus, hein ?


Quoi qu'il en soit, des progrès, il y en a eu déjà ! Utilisation de l'alginate.. des carraghénanes... oui, oui, vous savez ? une partie des E... dans la liste des ingrédients des produits que vous achetez ?


Ils sont partout ! Repérez les tous ! Alors comme les "adjuvants" me posent question depuis fort fort fort longtemps, suspicieuse que je suis quant à l'origine de mes migraines, je me rappelle bien qu'il y a quelques années, quand on parlait "carraghénanes", on ajoutait "innocuité non garantie à long terme"... Ca ne rassure pas, n'est-il pas ? Pour l'instant, rien de plus... ni pour mes migraines, ni pour autre chose... M'enfin... des algues... Jusqu'à maintenant, le seul "danger" que je leur trouvais, c'était leur viscosité sous mes pieds pendant la baignade...


La petite anecdote qui nous a amusés pendant la visite, même si elle n'a pas du tout fait rire la petite jeune fille à qui ses parents disaient "Tu vas bien goûter des algues, pour en connaître le goût ?" "Arghhhh.... non !" Notre hôtesse lui a donc montré les produits ci-dessus qui en contenait... Et la jeune demoiselle répétait "J'arrête d'en manger !" "J'arrête aussi ça !" J'ai ri mais ce devait être très désagréable...

Mais le domaine alimentaire n'est pas le seul à profiter des bienfaits de "Mer Nature" (oki, elle était facile...)... les cosmétiques font leur beurre également, beurre d'algues, pas de karité, évidemment ! ;


   
Cette couleur vous tente-t-elle ? Ah ah ah
 

Une petite pause culturelle... qui évoque la production et l'utilisation des algues dans le monde...



Les algues profitent également aux domaines techniques : peinture et décoration... Ah non, cette photo-là était pour me rappeler la peinture que je devais chercher pour mon salon...;) Mais également agriculture, fabrication d'objets "plastique"... Du plastique d'algues ! On n'arrête pas le progrès...


Et effectivement, avec ces ancêtres, il y a encore de quoi faire dans l'avenir, si tant est que  nous sachions raison garder cette fois... 



Une visite extrêmement intéressante et sympathique, si cela vous tente, c'est le mardi et le jeudi, à 14h30 pour les visites commentées de l'Ecomusée, mais vous pouvez vous y rendre aux horaires d'ouverture également. Merci beaucoup pour cette agréable balade culturelle.

Bonne journée


Ecomusée de Plouguerneau et du Pays Pagan 
BP 35 - 4 stread Kenan Uhella
29880 PLOUGUERNEAU
Tél : 02 98 37 13 35 / 06 79 74 06 61
Fax : 02 98 04 75 35


samedi 17 juin 2017

Un calvaire en cours de formation...

Coucou,

C'était un jour ensoleillé des vacances d'avril alors nous sommes allés nous promener au Koréjou, avec Mamz'elle Marmotte, Monsieur Chéri d'y-celle et Marmotte 1.1...


Nous avons pu admirer un sculpteur sur pierre à l'ouvrage.


"Sur une idée et un projet de François Breton, sculpteur, un nouveau calvaire se dressera sur le site de Penn Enez. Il retracera, sur ses abords et sur sa mace, la vie et le travail de toute la population littorale : goémoniers et leurs familles dans toute la diversité de leurs labeurs, caseyeurs, pêcheurs..."








"10 ans de travail environ seront nécessaires pour la réalisation qui s'effectue in situ, par plusieurs tailleurs et sculpteurs de pierre, de près de trois cents sculptures et bas-reliefs..."

  
J'ai commencé en bas de la procession, à l'entrée du chemin...
  
C'est un projet de longue haleine, n'est-il pas ?
 




Manifestement, ce n'est pas la mère qui veille, mais le père ou le pêcheur... et il n'a pas l'air commode... La mère, elle, câline... ;)

 
 

"L"association "Le Calvaire de l'Estran" est chargée du regroupement du financement pour la réalisation.du projet, financement entièrement privé sous forme de dons, de mécénat d'entreprises locales ou de particuliers. Chacun ou chaque famille qui se sent concerné par ce projet peut devenir le donateur d'un élément de ce grand ensemble."


Il n'y aura plus qu'à suivre l'avancée de la réalisation...
Bonne soirée

Les choses nous rendent regard pour regard.
Elles nous paraissent indifférentes parce que nous les voyons d'un oeil indifférent.
Mais pour un oeil clair, tout est miroir.
Pour un regard sincère et grave, tout est profondeur."
Gaston Bachelard

Association "Le Calvaire de l'Estran"
Le Vougot
29880 Plouguerneau